Paroles / Lyrics: Le Petit Prince
ACTE II


Éphémères

SAINT-EXUPÉRY:
On veut croire à des choses éternelles
Pour oublier toutes ces choses précaires
Qui encombrent la terre et le ciel
Les poèmes et les dictionnaires
Car nous sommes

Éphémères
Menacés par une fin prochaine
Les explosions en chaîne
Les amours et les gloires passagères
Éphémères
Avoir la sagesse nécessaire
De prendre un peu tout à la légère
Et savoir se détacher de la Terre

Éphémères
Épris de folie temporaire
Qui nous laisse espérer le ciel
Et nous attache à des pierres
Éphémères
Qui en prières
Trouvent un sens à leurs destins
Si incertains

On veut croire à des choses éternelles
Pour oublier toutes ces choses précaires
Qui ne font que nous ramener vers
Notre simple condition de mortel

Éphémères
Pris au piège sous l'effet de serre
Comme ces fragiles insectes qui naissent
Pour s'éteindre en pleine lumière
Éphémères
Avoir la sagesse nécessaire
De prendre un peu tout à la légère
Et savoir se détacher de la Terre

Éphémères
Épris de folie temporaire
Qui nous laisse espérer le ciel
Et nous attache à des pierres
Éphémères
Pour enfin n'être dans ces déserts
Plus qu'un grain de poussière


Sur la Terre

LE PETIT PRINCE:
- Bonne nuit.
LE SERPENT:
- Bonne nuit.
LE PETIT PRINCE:
- Sur quelle planète suis-je tombé?
LE SERPENT:
- Sur la Terre, en Afrique.
LE PETIT PRINCE:
- Où sont les hommes?
LE SERPENT:
- Ici c'est le désert, il n'y a personne dans les déserts. La Terre est grande.
LE PETIT PRINCE:
- Je sais, deux milliards d'habitants, avec une armée de 472 511 allumeurs de réverbères sur six continents, ça faisait un effet splendide vu d'en haut, comme un ballet d'opéra. D'abord les allumeurs de réverbères de Nouvelle-Zélande, d'Australie, et puis...
LE SERPENT:
- Attention, quand on veut faire de l'esprit, il arrive qu'on invente un peu. Tu vas donner une fausse idée de la planète à ceux qui ne la connaissent pas. Les hommes occupent très peu de place sur la Terre. Si tous les habitants se tenaient debout et un peu serrés, on pourrait entasser l'humanité entière sur le moindre petit ilôt du Pacifique.
LE PETIT PRINCE:
- Les grandes personnes ne te croiront jamais.
LE SERPENT:
- Elles se voient importantes comme des baobabs.
LE PETIT PRINCE:
- Je me demande si les étoiles sont éclairées afin que chacun puisse un jour retrouver la sienne. Regarde ma planète, elle est juste au-dessus de nous. Comme elle est loin...
LE SERPENT:
- Elle est belle. Mais que viens-tu faire ici?
LE PETIT PRINCE:
- J'ai des difficultés avec une fleur.
LE SERPENT:
- Une fleur?
LE PETIT PRINCE:
- Non, ça c'est une fleur à trois pétales, une fleur de rien du tout. La mienne est éphémère.
LE SERPENT:
- Ah...


Le serpent

Instrumental


Où sont les hommes? / Les cactus

LE PETIT PRINCE:
- Où sont les hommes? On est un peu seul dans le désert.
LE SERPENT:
- On est seul aussi chez les hommes.
LE PETIT PRINCE:
- Tu es une drôle de bête. Tu n'as même pas de pattes. Tu ne peux même pas voyager.
LE SERPENT:
- Oh, je puis t'emporter plus loin qu'un navire. Celui que je touche, je le rends à la terre dont il est sorti. Mais tu es pur, tu viens d'une étoile, mais tu me fais pitié, toi si faible, sur cette terre de granit. Je puis t'aider un jour, si tu regrettes trop ta planète. Je puis...
LE PETIT PRINCE:
- Oh, j'ai très bien compris. Mais pourquoi parles-tu toujours par énigmes?
LE SERPENT:
- Je les résous toutes.

LE PETIT PRINCE:
- Bonjour.
LES CACTUS:
- Bonjour.
LE PETIT PRINCE:
- Où sont les hommes?
LES CACTUS:
- Oh, les hommes! Il en existe je crois six ou sept. Je les ai aperçus il y a des années. Mais on ne sait jamais où les trouver. Le vent les promène, ils manquent de racines. Ça les gêne beaucoup.
LE PETIT PRINCE:
- Adieu.
LES CACTUS:
- Adieu.


La montagne / L'écho

LE PETIT PRINCE:
- Je vais faire l'ascension de cette haute montagne. Tu sais... aïe!
LES CACTUS:
- Oh pardon!
LE PETIT PRINCE:
- Je n'ai jamais eu de montagne comme ça. J'ai trois volcans qui m'arrivent à peine aux genoux.
LES CACTUS:
- Aux genoux?
LE PETIT PRINCE:
- Au sommet, j'apercevrai d'un coup toute la planète et tous les hommes.
LES CACTUS:
- Oui...

LE PETIT PRINCE:
Bonjour.
L'ÉCHO:
Bonjour... Bonjour... Bonjour...
LE PETIT PRINCE:
Qui êtes-vous?
L'ÉCHO:
Qui êtes-vous... Qui êtes-vous...
LE PETIT PRINCE:
Soyez mes amis.
L'ÉCHO:
Mes amis...
LE PETIT PRINCE:
Je suis seul.
L'ÉCHO:
Je suis seul....
LE PETIT PRINCE:
Bonjour.
L'ÉCHO:
Bonjour... Bonjour... Bonjour...
LE PETIT PRINCE:
Qui êtes-vous?
L'ÉCHO:
Qui êtes-vous... Qui êtes-vous...
LE PETIT PRINCE:
Soyez mes amis.
L'ÉCHO:
Mes amis...
LE PETIT PRINCE:
Je suis seul.
L'ÉCHO:
Je suis seul....

LE PETIT PRINCE:
Cette Terre est
Une drôle de planète
Elle est toute sèche
Toute pointue
Toute salée
Et les hommes manquent
D'imagination
Ils répètent tout
Tout ce qu'on leur dit...

Bonjour.
L'ÉCHO:
Bonjour... Bonjour... Bonjour...
LE PETIT PRINCE:
Qui êtes-vous?
L'ÉCHO:
Qui êtes-vous... Qui êtes-vous...
LE PETIT PRINCE:
Soyez mes amis.
L'ÉCHO:
Mes amis...
LE PETIT PRINCE:
Je suis seul.
L'ÉCHO:
Je suis seul....
LE PETIT PRINCE:
Seul...
L'ÉCHO:
Seul... Seul... Seul...

LE PETIT PRINCE:
Chez moi j'avais une fleur
Elle parlait toujours la première


Le jardin des roses

LES ROSES:
Ah! Je me réveille à peine
Ah! Je vous demande pardon
Ah! Je suis toute décoiffée
Mais je suis née en même temps que le soleil
Ah! Sans trop vous déranger
Ah! Pourriez-vous m'apporter
Juste un petit déjeuner
Je prendrais bien quelques gouttes de rosée

LE PETIT PRINCE:
Ma fleur me disait
Que dans tout l'univers
Elle était seule en son genre
Mais ce n'était pas vrai
Comme elle il y en a des milliers
Ah! Si ma fleur vous voyait
Elle se sentirait humiliée
Et pour être moins ridicule
Elle tousserait et ferait semblant de mourir
Moi je serais bien obligé
De faire semblant de la soigner
Sinon pour m'humilier aussi
Elle pourrait bien se laisser vraiment mourir
Moi qui me croyais
Si riche d'une fleur unique
Je n'ai qu'une rose ordinaire
Entre elle et mes volcans
Je n'ai vraiment pas l'air d'un grand prince

LES ROSES:
Ah! Avec mes quatre épines
Ah! Je ne me laisse pas prendre
Moi je n'ai pas peur des tigres
Ils peuvent toujours venir je sais me défendre
Ah! J'ai toujours un peu froid
Ah! Je hais les courants d'air
J'aime tant qu'on prenne soin de moi
Vous n'auriez pas par hasard un paravent?


Le renard

LE PETIT PRINCE:
- Je me croyais riche d'une fleur unique, et je n'ai qu'une rose ordinaire comme les autres. Ça, et mes trois volcans qui m'arrivent à peine aux genoux et dont l'un peut-être est éteint pour toujours, ça ne fait pas de moi un grand prince...
LE RENARD:
- Bonjour!
LE PETIT PRINCE:
- Bonjour! Qui es-tu? Tu es bien joli.
LE RENARD:
- Je suis un renard.
LE PETIT PRINCE:
- Viens jouer avec moi, je suis tellement triste.
LE RENARD:
- Je ne puis pas jouer avec toi, je ne suis pas apprivoisé.
LE PETIT PRINCE:
- Pardon. Qu'est-ce que ça signifie, "apprivoiser"?
LE RENARD:
- Tu n'es pas d'ici. Que cherches-tu?
LE PETIT PRINCE:
- Je cherche les hommes. Qu'est-ce que ça signifie, "apprivoiser"?
LE RENARD:
- Les hommes... Ils ont des fusils et ils chassent. C'est bien gênant. Ils élèvent aussi des poules. C'est leur seul intérêt. Tu cherches des poules?
LE PETIT PRINCE:
- Non, je cherche des amis. Qu'est-ce que ça signifie, "apprivoiser"?
LE RENARD:
- C'est une chose trop oubliée. Cela signifie créer des liens.
LE PETIT PRINCE:
- Créer des liens?
LE RENARD:
- Bien sûr. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons, et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus, je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde, je serai pour toi unique au monde.
LE PETIT PRINCE:
- Il y a une fleur, je crois qu'elle m'a apprivoisé.
LE RENARD:
- C'est possible. On voit sur la Terre toutes sortes de choses.
LE PETIT PRINCE:
- Oh, ce n'est pas sur la Terre.
LE RENARD:
- Sur une autre planète?
LE PETIT PRINCE:
- Oui.
LE RENARD:
- Il y a des chasseurs sur cette planète-là?
LE PETIT PRINCE:
- Non.
LE RENARD:
- Ça c'est intéressant! Et des poules?
LE PETIT PRINCE:
- Non.
LE RENARD:
- Rien n'est parfait. S'il te plaît, apprivoise-moi.
LE PETIT PRINCE:
- Je veux bien, mais je n'ai pas beaucoup de temps, j'ai des amis à découvrir et beaucoup de choses à connaître.
LE RENARD:
- On ne connaît que les choses que l'on apprivoise.


Apprivoise-moi

LE RENARD:
Si tu veux jouer avec moi
il va falloir m'apprivoiser
Et créer des liens pas à pas
Pour commencer à s'attacher
Sinon tu n'es encore pour moi
Qu'un petit garçon comme les autres
Pour toi qui ne me connais pas
Je ne suis qu'un renard parmi d'autres

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

Mais si tu sais m'apprivoiser
Ma vie sera ensoleillée
Je connaîtrai ton bruit de pas
Qui m'appellera hors du terrier
Et la blondeur des champs de blé
Me fera souvenir de toi
Enfin j'aimerai le bruit du vent
Qui viendra souffler dans ces champs

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

On ne peut connaître vraiment
Que les choses que l'on apprivoise
Mais les hommes n'ont plus de temps
De s'attarder quand ils se croisent
Ils achetent des choses toutes faites
Mais il n'y a pas de marchands d'amis
Qui vendent de l'amitié toute prête
Alors les hommes n'ont plus d'amis

Apprivoise-moi je t'en prie
Si tu as besoin d'un ami
Et jusqu'à ma dernière seconde
Tu resteras unique au monde

Il nous faudra des rendez-vous
Pour pouvoir s'habiller le coeur
Et tous ces moments entre nous
M'apprendront le prix du bonheur

LE PETIT PRINCE:
- Que faut-il faire?
LE RENARD:
- Il faut être patient. Tu t'assoiras d'abord un peu loin de moi, je te regarderai du coin de l'oeil...
LE PETIT PRINCE:
- Et...
LE RENARD:
- Et tu ne diras rien.
LE PETIT PRINCE:
- Oh...
LE RENARD:
- Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t'asseoir un peu plus près.

LE PETIT PRINCE:
- Il faut que je parte.
LE RENARD:
- Ah! Je pleurerai.
LE PETIT PRINCE:
- C'est ta faute. Je ne te souhaitais pas de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise.
LE RENARD:
- Bien sûr...
LE PETIT PRINCE:
- Mais tu vas pleurer?
LE RENARD:
- Bien sûr.
LE PETIT PRINCE:
- Alors tu n'y gagnes rien.
LE RENARD:
- Ah, j'y gagne, à cause de la couleur du blé. Va revoir les roses et tu comprendras que la tienne est unique au monde.


Puisque c'est ma rose

LE PETIT PRINCE:
Vous ne ressemblez pas à ma rose
Même si un passant ordinaire
Pouvait prétendre le contraire
Vous n'êtes rien encore
Personne ne vous a apprivoisées
Vous n'avez apprivoisé personne
Tant que vous n'avez pas d'ami
Vous n'êtes pas uniques au monde
Vous êtes belles mais vous êtes vides
On ne peut pas mourir pour vous
Et à elle toute seule ma rose
Compte bien plus que tout
Puisque c'est elle que j'ai arrosée
Puisque c'est elle que j'ai protégée
Puisque c'est elle que j'ai écoutée
Puisque c'est ma rose
LE RENARD:
Pour nos adieux voici mon secret
On ne voit bien qu'avec le coeur
Il faut comprendre l'essentiel est
Invisible pour les yeux
Si les hommes oublient cette vérité
Toi tu ne dois pas l'oublier
C'est le temps perdu pour ta rose
Qui fait ta rose si importante
Tu deviens responsable pour toujours
De ce que tu as apprivoisé
LE PETIT PRINCE:
Alors me voici responsable de ma rose à jamais
Puisque c'est elle que j'ai arrosée
LE RENARD:
Arrosée
LE PETIT PRINCE:
Puisque c'est elle que j'ai protégée
LE RENARD:
Protégée
LE PETIT PRINCE:
Puisque c'est elle que j'ai écoutée
Puisque c'est ma rose
LE RENARD:
Puisque c'est ta rose
LE PETIT PRINCE:
Puisque c'est elle que j'ai abritée
LE RENARD:
Abritée
LE PETIT PRINCE:
Puisque c'est elle que j'ai rassurée
LE RENARD:
Rassurée
LE PETIT PRINCE:
Puisque c'est elle que j'ai aimée
Puisque c'est ma rose
LE RENARD:
Puisque c'est ta rose
LE PETIT PRINCE:
Puisque c'est elle
Puisque c'est ma rose

LE PETIT PRINCE:
- Adieu.
LE RENARD:
- Adieu. N'oublie pas mon secret. On ne voit bien qu'avec le coeur.
LE PETIT PRINCE:
- On ne voit bien qu'avec le coeur.
LE RENARD:
- L'essentiel est invisible pour les yeux.
LE PETIT PRINCE:
- L'essentiel est invisible pour les yeux.
LE RENARD:
- C'est le temps que tu as perdu pour ta rose...
LE PETIT PRINCE:
- C'est le temps que j'ai perdu pour ma rose...
LE RENARD:
- ... qui fait ta rose...
LE PETIT PRINCE:
- ... qui fait ma rose...
LE RENARD:
- ... si importante.
LE PETIT PRINCE:
- ... si importante. L'essentiel est invisible... avec le coeur.


Première tempête de sable / La ville

LE PETIT PRINCE:
- Renard... Renard... Renard... Renard...

Tempête de sable

LE PETIT PRINCE:
- Bonjour! Bonjour!
L'AIGUILLEUR:
- Bonjour!
LE PETIT PRINCE:
- Que fais-tu ici?
L'AIGUILLEUR:
- Je suis aiguilleur.


L'aiguilleur

L'AIGUILLEUR:
Je trie les voyageurs par paquets de mille
J'expédie les trains qui les emportent
Tantôt vers la droite tantôt vers la gauche
LE PETIT PRINCE:
Ils sont bien pressés que cherchent-ils?
L'AIGUILLEUR:
L'homme de la locomotive l'ignore lui-même
LE PETIT PRINCE:
Ils reviennent déjà
L'AIGUILLEUR:
Ce ne sont pas les mêmes c'est un échange
LE PETIT PRINCE:
Ils n'étaient pas contents là où ils étaient?
L'AIGUILLEUR:
On n'est jamais contents là où l'on est
LE PETIT PRINCE:
Ils poursuivent les premiers voyageurs?

L'AIGUILLEUR:
- Ils ne poursuivent rien du tout. Ils dorment là-dedans, ou bien ils baillent. Les enfants seuls écrasent leur nez contre les vitres.
LE PETIT PRINCE:
- Les enfants seuls savent ce qu'ils cherchent. Ils perdent du temps pour une poupée de chiffons, et elle devient très importante. Et si on la leur enlève, ils pleurent.
L'AIGUILLEUR:
- Ils ont de la chance.


Le marchand des pilules / Deuxième tempête de sable

LE MARCHAND DE PILULES:
- Demandez les pilules du Docteur Désir, demandez les pilules contre la soif!
LE PETIT PRINCE:
- Bonjour!
LE MARCHAND DE PILULES:
- Bonjour!
LE PETIT PRINCE:
- Et vous, qui êtes-vous?
LE MARCHAND DE PILULES:
- Je suis un marchand de pilules perfectionnées qui apaisent la soif.
Demandez les pilules du Docteur Désir, demandez les pilules contre la soif! On en avale une par semaine et l'on n'éprouve plus le besoin de boire.
LE PETIT PRINCE:
- Pourquoi vends-tu ça?
LE MARCHAND DE PILULES:
- Mais c'est une grosse économie de temps. On épargne cinquante-trois minutes par semaine selon les experts.
LE PETIT PRINCE:
- Et que fait-on de ces cinquante-trois minutes?
LE MARCHAND DE PILULES:
- Eh bien, on en fait... ce que l'on veut.
LE PETIT PRINCE:
- Moi, si j'avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine. Je retourne dans le désert, j'aime mieux le désert.

Tempête de sable


Lever de soleil / Retour dans le désert / 8e jour: coucher de soleil

Lever de soleil

LE PETIT PRINCE:
- Dessine-moi un mouton.
L'AVIATEUR:
- Mais qu'est-ce que tu fais là?
LE PETIT PRINCE:
- Dessine-moi un mouton. C'est pour ma fleur. Pour la protéger des baobabs. Mais il me faut aussi une muselière, pour protéger ma fleur du mouton. Tu penses, il mange aussi les épines. Tu comprends, je suis responsable de ma rose.

Coucher de soleil

L'AVIATEUR:
- Huitième jour dans le désert. Plus d'eau. Aucune chance de trouver un puits dans cette immensité.


La quête

L'AVIATEUR:
- Tu penses à ta rose. Elle rayonne en toi comme la flamme d'une lampe, même quand tu dors.
LE PETIT PRINCE:
- Les étoiles sont belles à cause d'une fleur que l'on ne voit pas. J'aime le désert.
L'AVIATEUR:
- J'ai toujours aimé le désert. On ne voit rien, on n'entend rien, et pourtant quelque chose rayonne dans le silence.
LE PETIT PRINCE:
- Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part.
L'AVIATEUR:
- Tu as donc soif, toi aussi?
LE PETIT PRINCE:
- L'eau peut être bonne pour le coeur.
L'AVIATEUR:
- Ce qui fait la beauté du désert ou des étoiles est invisible. Lorsque j'étais petit garçon, j'habitais une maison ancienne et la légende racontait qu'un trésor y était enfoui. Bien sûr, personne n'a jamais su le trouver, ni peut-être même ne l'a cherché. Il était invisible. Mais il enchantait toute la maison qui cachait un secret au fond de son coeur. Ce que je vois là n'est qu'une écorce, le plus important est invisible.


Chercher la source

LE PETIT PRINCE:
- Je suis content que tu sois d'accord avec mon renard. C'est bien d'avoir un ami renard, même si l'on doit mourir de soif. Alors cherchons le puits.
L'AVIATEUR:
- Au hasard, dans le désert? Que regardes-tu?
LE PETIT PRINCE:
- Le reflet du puits dans les étoiles.

L'AVIATEUR:
Tout doucement
L'emporter avec moi comme un trésor quand il s'endort
Sentir ce qui se cache derrière l'écorce derrière le corps
Prendre la route marcher encore

Chercher la source
Trouver les puits
De l'eau de pluie
Suivre une étoile
Retrouver sa voie des milliers de fois dans ces déserts
Tenir la main qui connaît le chemin sur cette terre
Perdus éperdus on espère

Chercher la source
Trouver les puits
De l'eau de pluie
En bout de course
Toucher le ciel
Voir l'essentiel

Chercher la source
Trouver les puits
De l'eau de pluie
En bout de course
Toucher le ciel
Voir l'essentiel
Et dans le Grande Ourse
Ou l'infini
Chercher le sens d'une vie


Le puits

L'AVIATEUR:
- C'est étrange. Ce n'est pas un puits saharien. Tout est prêt, la poulie, la corde, le seau, comme un puits de village. Mais il n'y a aucun village.
LE PETIT PRINCE:
- Tu entends? Nous réveillons ce puits et il chante.
J'ai soif de cette eau-là. Donne-moi à boire.
L'AVIATEUR:
- C'est doux comme une fête.
LE PETIT PRINCE:
- C'est beaucoup plus que de l'eau.
L'AVIATEUR:
- Elle est née de la marche sous les étoiles, du chant de la poulie, de l'effort de mes bras...
LE PETIT PRINCE:
- Elle est bonne pour le coeur, comme un cadeau.
L'AVIATEUR:
- Lorsque j'étais petit garçon, les lumières de l'arbre de Noël, la musique de la messe de minuit, la douceur des sourires faisaient tout le rayonnement du cadeau de Noël que je recevais.
LE PETIT PRINCE:
- Les hommes de chez toi cultivent cinq mille roses dans un même jardin, et ils n'y trouvent pas ce qu'ils cherchent.
L'AVIATEUR:
- Ils ne le trouvent pas.
LE PETIT PRINCE:
- Et cependant ce qu'ils cherchent pourrait être trouvé dans une seule rose ou un peu d'eau. Mais les yeux sont aveugles.
L'AVIATEUR:
- Il faut chercher avec le coeur.


Le mur

LE PETIT PRINCE:
- Tu ne t'en souviens donc pas? Si, si, c'est bien le jour, mais ce n'est pas tout à fait ici. Tu n'as qu'à m'attendre, j'y serai cette nuit. Tu as du bon venin? Tu es sûr de ne pas me faire souffrir trop longtemps?
L'AVIATEUR:
- Quelle est cette histoire-là? Tu parles aux serpents maintenant?
LE PETIT PRINCE:
- Dessine-moi une muselière pour mon mouton. N'oublie pas, je suis responsable de ma fleur...
L'AVIATEUR:
- Je ne savais rien dessiner que des boas fermés et des boas ouverts.
LE PETIT PRINCE:
- Oh ça ira! Les enfants savent...
L'AVIATEUR:
- Petit bonhomme, tu as des projets que j'ignore?
LE PETIT PRINCE:
- Tu sais, ma chute sur la Terre, c'en sera demain l'anniversaire. J'étais tombé tout près d'ici.
L'AVIATEUR:
- Alors ce n'est pas par hasard que ce matin je t'ai rencontré, il y a huit jours. Tu marchais seul, à mille milles de toute région habitée. Tu retournais vers le point de chute. A cause peut-être de l'anniversaire?
LE PETIT PRINCE:
- Cette nuit, ça fera un an. Mon étoile se trouvera juste au-dessus de l'endroit où je suis tombé l'année dernière. Le serpent m'a promis de... m'aider. Tu sais, on aura toujours rendez-vous. C'est comme pour la fleur. Si tu aimes une fleur qui se trouve dans une étoile c'est doux la nuit de regarder le ciel. Toutes les étoiles sont fleuries.
L'AVIATEUR:
- Bien sûr.
LE PETIT PRINCE:
- C'est comme pour l'eau. Celle que tu m'as donnée à boire est comme une musique, à cause du chant de la poulie et de la corde. Tu te rappelles? Elle était bonne.
L'AVIATEUR:
- Bien sûr.
LE PETIT PRINCE:
- Tu regarderas la nuit les étoiles. C'est trop petit chez moi pour que je te montre où se trouve la mienne. Mon étoile, ce sera pour toi une des étoiles. Et puisque je rirai dans l'une d'elle, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Ce sera comme si je t'avais donné au lieu d'étoiles des tas de petits grelots qui savent rire.


On aura toujours rendez-vous

L'AVIATEUR:
Mon Petit Prince qui viens du ciel
Des étoiles et des hirondelles
Tu as su redonner des ailes
A mes illusions de mortel

LE PETIT PRINCE:
Moi, je suis tombé de nulle part
Ou d'une planète inconnue
Je repartirai pas hasard
Mais je ne t'oublierai jamais plus
ENSEMBLE:
On aura toujours rendez-vous
Dans ces étendues de cailloux
Où l'essentiel est invisible
Pour les yeux des âmes insensibles
LE PETIT PRINCE:
Et même si je sors du décor
Et même si j'ai l'air d'être mort
Tu sais ce ne sera pas vrai
Puisqu'on a tous l'éternité
L'AVIATEUR:
On a tous une rose dans le coeur
Ses volcans qui nous faisaient peur
Des tas de couchers de soleil
Nos vieux démons et nos merveilles
ENSEMBLE:
On aura toujours rendez-vous
Dans ces étendues de cailloux
Où l'essentiel est invisible
Pour les yeux des âmes insensibles
L'AVIATEUR:
Mais nous qui comprenons la vie
Nous nous moquons bien de compter

LE PETIT PRINCE:
Nous on voulait juste un ami
Même s'il faut un jour le laisser
ENSEMBLE:
On aura toujours rendez-vous
Dans ces étendues de cailloux
Où l'essentiel est invisible
Pour les yeux des âmes insensibles
L'AVIATEUR:
Je suis tombé de nulle part
Ou d'une planète inconnue
LE PETIT PRINCE:
Je repartirai pas hasard
ENSEMBLE:
Mais je ne t'oublierai jamais plus


Le départ

LE PETIT PRINCE:
- Ne viens pas. J'aurai l'air d'avoir mal. Tu aurais de la peine. J'aurai l'air d'être mort, et ce ne sera pas vrai. Tu comprends? C'est trop loin. Je ne peux pas emporter ce corps. C'est trop lourd. Mais ce sera comme une vieille écorce que l'on abandonne.
L'AVIATEUR:
- Je ne te quitterai pas.
LE PETIT PRINCE:
- Ce n'est pas triste, les vieilles écorces. Ce sera gentil, tu sais. Moi aussi je regarderai les étoiles. Toutes les étoiles seront des puits avec une poulie rouillée. Toutes les étoiles me verseront à boire. Ma fleur, j'en suis responsable. Elle est tellement faible. Elle a quatre épines de rien du tout pour la protéger contre le monde. Voilà... C'est tout...


Le plus beau et le plus triste paysage du monde

L'AVIATEUR:
Le plus beau et le plus triste
Paysage du monde
C'est celui où il n'est plus

Cette lumière qui se perd
En un éclair
L'espace d'une seconde
Comme quand il est apparu

Mais si un jour
Vos voyages vous emmenaient
Dans ce désert
Si vous vous trouvez
Juste sous l'étoile
Attendez un peu
Si alors un enfait vient à vous
S'il a des cheveux d'or
Vous devinerez qu'il est
Alors soyez gentils,
Ne me laissez pas tellement triste,
Écrivez-moi vite qu'il est revenu...

Le plus beau et le plus triste
Paysage du monde
C'est celui où tu n'es plus...



[ Liste des paroles de chansons de cet artiste ]